Caroline Tavelli-Abar

 
Psychosis is not
what we talk
in polite
company.
 
And yet
if not now when?
 
 
 
 
10/2/2018
 
Gun metal gray,
over top fire red,
nails click
on the keyboard.
 
 
Bone Black
a tone
fit for depression
and night
 
 
 
 
Pounding rain,
against trees
and grass,
leaves hard hit
in the five am mist.
 
Laid out flat
on my table
sketchbook
 
 
Fit to illustrate
a plunge
into the dark.
 
 
The little pages
dance
in the light
sway between health
and well being
 
 
From a place a health
memories rise
they flood the soul
in spurts
 
fill my mind
in lilts
 
recall
that night?
 
Why would I
Venture there?
 
 
 
Often
not as often
as before
folks still
traumatized
recall
Irene
 
She ripped thru
the State
flooding even the
mental ward.
 
News articles
Recount
The patients led
to the higher floors
 
 
 
They tell about the bravery
of the staff
and the calm of the patients
 
They tell –
 
My memories
sharp
cut thru
the mist
the fog
 
One on one
MY one on one
 
That means very little
to others but to me
that is the person
 
 
who was there for me
in the dark
she was one
I was one
 
 
 
Never alone
But one
On One
 
 
 
That is what happens
to high risk patients
in the mental ward
 
 
 
we receive without break
one on one care
until the psychosis breaks
until maybe depression lifts
until with hope catatonia
stops setting in.
 
 
 
 
One on one
is a fond memory
in a ward
as terrifying
as the flood
that ripped thru
our little State.
 
 
 
That ward is gone now
torn to the ground.
 
 
 
Memories hold
 
 
 
They see
 
 
the little wooden rooms
the feeing of ski camp
the overwhelming trap
the suffocating inescapable
 
 
walls, washed over by the incessant
screams.
 
 
For Gorilla was right
the ward screams
day and night.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anger is met
with seclusion.
 
Save that line for later
 
She has yet to rip
The air conditioning unit
off the wall!
 
 
 
Her wails will never leave me.
 
 
 
She howled
 
 
She screamed
 
 
She shouted
 
 
I stood
 
 
 
muted by sheer terror
Unable to grasp why in God’s name I was there.
 
 
 
A week
my fingers dried up
my bones began to show
thru the skin
aged and thin
 
lost of all water
unaware of the flood
about to hit.
 
 
 
 
 Caroline Tavelli-Abar  
 
 
La psychose
n'est pas un sujet
dont on parle.
 
Et si pas maintenant quand?    
 
 
10/9/2018 
 
Gris métallique,
feu rouge
 
Os noir une couleur parfaite
pour la dépression et la nuit     
 
La pluie battante
les arbres et l'herbe
durement touchés
 
la brume de cinq heures du matin
 
 
Aménagé à plat sur ma table de travail
 
Un carnet de croquis  
 
Digne d’illustrer un plongeon dans le noir.  
 
Entre santé et bien être  
les petites pages danse dans la lumière
 
Souvenirs montent
 ils inondent l'âme
 
Pourquoi s'aventurer là?   
 
Souvent,
mais pas aussi souvent
qu’avant les gens traumatisé
rappel Irene 
 
Elle a déchiré l'état
inondant même l’hopital psychiatric   
 
Les articles de presse
raconter les patients
conduit aux étages supérieurs   
 
Ils parlent de la bravoure du personnel
et du calme des patients 
 
Ils disent - 
 
Mes souvenirs tranchant
coupe
à travers la brume
et le brouillard 
 
one on one
mon one on one
 
Cela signifie très peu à d'autres
mais à moi c'est la personne  
 
qui était là pour moi
dans le noir
 
elle était une
J'étais une   
 
Jamais seul
Mais one on one   
 
les patients à haut risque
dans le service psychiatrique   
 
sans pause
soins particuliers
 
jusqu'à la rupture de la psychose
jusqu'à ce que la dépression se soulève
jusqu'à ce, avec espoir, la catatonie s’arrête
 
One on One
est un souvenir affectueux
dans une lieu aussi terrifiant
que l'inondation
qui a déchiré notre petit état.   
 
Cet hopital est parti maintenant
Razé
 
    Souvenirs   
 
Ils voient  
 
les petites chambres en bois
pièges accablants
étouffants
inéluctables  
murs lavés
par les cris incessant
 
Car Gorilla avait raison
la salle hurle
jour et nuit.          
 
La colère est rencontrée
avec la solitude. 
 
Enregistrer cette ligne
 
pour plus tard
 
Car elle n'a pas encore arraché
Le climatiseur du mur!   
 
 
Ses gémissements
ne me quitteront
jamais.   
 
Elle a hurlé  
 
Elle a crié  
 
Elle a pleurer
 
   Je me tais   
 
étouffé par la terreur
 
Impossible a comprendre
pourquoi, au nom de Dieu,
 je suis là.   
 
Une semaine
mes doigts ont séché
mes os se montre
ma peau âgée et mince 
perdue de toute eau
 
pas encore consciente de l'inondation
sur le point de frapper.
 

 
Bibliography Section Article Bibliography Section Catalog Bibliography Section Web Link PDF icon displayed by thumbnail Sold Dot